Maria Montessori et la Société théosophique

Temps de lecture : 5 minutes

L’influence de la Société théosophique est un vaste et délicat sujet. Je m’y suis intéressée lors de la préparation de mon mémoire sur les similitudes du yoga et de l’approche Montessori « Lapprentissage des techniques de yoga et l’approche Montessori »

L’histoire de l’éducation est tissée de figures marquantes qui ont révolutionné les approches pédagogiques. Parmi elles, Maria Montessori (1870–1952) occupe une place influente. Cette femme d’exception, médecin, psychiatre, anthropologue, mais aussi militante socialiste et féministe, a façonné une philosophie éducative novatrice. Plongeons dans l’évolution de sa pensée, explorant son histoire, son influence par la Société théosophique, et son héritage dans le monde de l’éducation moderne.

Maria Montessori : pionnière dans la pédagogie et les recherches scientifiques

Pour comprendre pleinement l’impact exceptionnel de Maria Montessori, il est essentiel d’explorer de manière détaillée le contexte historique qui a façonné son parcours révolutionnaire. Née en 1870 à Chiaravalle, en Italie, Maria Montessori a rapidement émergé comme une figure hors du commun en déviant des attentes conventionnelles de l’époque. Contrairement aux souhaits de ses parents, elle a opté pour des études scientifiques plutôt que de se tourner vers l’enseignement, un choix audacieux qui a révélé dès le départ sa force de caractère exceptionnelle.


Source: Wikipedia

Cependant, sa contribution novatrice à l’éducation ne s’est pas limitée à son parcours académique. Après avoir acquis une renommée en tant que l’une des premières femmes médecins en Italie, Maria Montessori a dirigé son attention vers une mission plus profonde. Elle a entrepris l’étude du comportement des enfants considérés comme déficients mentaux, une démarche novatrice à une époque où peu d’attention était portée à ces aspects. Cependant, ce n’était qu’une étape préliminaire de son voyage révolutionnaire.

Maria Montessori a ensuite orienté ses observations vers les enfants dits ordinaires, ouvrant ainsi la voie à la création des premières « Casa dei bambini » le 06 janvier 1907 à San Lorenzo, Rome. Ces premiers établissements ont été les prémices de sa philosophie éducative, introduisant une approche où l’enfant n’était pas un récepteur passif du savoir, mais bien le protagoniste actif de son propre apprentissage. Inspirée par les travaux pionniers du médecin Jean Itard et du pédagogue Edouard Seguin, Maria Montessori a jeté les bases d’une éducation centrée sur le développement intégral de l’enfant.

Source: Wikipedia

L’influence de Montessori a rapidement dépassé les frontières, apportant une révolution dans le domaine de l’éducation. Ses idées ont été consignées dans des ouvrages emblématiques tels que « La découverte de l’enfant » (1948), « Éducation pour un nouveau monde » (1947), « Éduquer le potentiel humain » (1947), « La formation de l’homme » (1949), et « L’esprit absorbant » (1947). Ces écrits ont non seulement remis en question les normes éducatives établies à l’époque, caractérisées par une simple transmission de connaissances, mais ont également jeté les bases d’une méthode éducative plaçant l’épanouissement de l’enfant au centre du processus éducatif. Cette approche a offert à chaque enfant l’opportunité de développer pleinement ses capacités, de devenir autonome et responsable, tout en faisant appel à son libre arbitre.

Ainsi, pour comprendre pleinement l’impact de Maria Montessori, il est essentiel de plonger dans les détails de son parcours, en se concentrant notamment sur l’influence significative de la Société théosophique dans son approche éducative.

L’influence de la Société théosophique sur Maria Montessori 

L’influence de la Société théosophique sur la pédagogie de Maria Montessori représente un aspect captivant mais aussi discret dans son approche éducative.

Fondée à New York en 1875 par Helena Petrovna Blavatsky, le colonel Henry Steel Olcott, et William Quan Judge, la Société théosophique a établi son siège à Adyar, en Inde, avec pour objectifs de former un noyau de la fraternité universelle de l’humanité, d’encourager l’étude comparative des religions, des philosophies et des sciences, ainsi que d’explorer les lois inexpliquées de la nature et les pouvoirs latents chez l’homme. Prônant une approche spirituelle et ésotérique de la connaissance, la société soulignait l’importance d’une éducation holistique pour le développement de l’individu.

Maria Montessori, imprégnée de ces idées, a intégré des éléments de la philosophie théosophique dans sa méthode éducative. La conviction en la spiritualité de l’enfant et en sa capacité innée à se développer a profondément influencé sa vision éducative.

La rencontre de Maria Montessori avec Annie Besant en 1899 au Congrès International des Femmes à Londres a marqué le début d’une collaboration significative. Annie Besant est à la tête de la Société théosophique de 1907 à 1933. Elle partage avec Maria Montessori une ambition commune de créer une société sans distinctions de race, de sexe, ou de couleur, Maria Montessori et Annie Besant ont trouvé une résonance particulière en Inde, où Maria Montessori a émigré pour fuir le fascisme en Italie dans les années 1930. Cette rencontre avec l’Inde a enrichi sa compréhension des principes fondamentaux de la Société théosophique.

Source : MUSEO OFFICINA DELL EDUCAZIONE

En 1939, George Arundale, président de la Société théosophique, a invité Maria Montessori à enseigner et à former des enseignants au sein du campus d’Aydar. Des écoles théosophiques inspirées par Maria Montessori ont fleuri à travers le monde, démontrant la fusion réussie entre des idéaux orientaux et une approche éducative novatrice. À la croisée des chemins au tournant du XXe siècle, la mondialisation des enseignements du yoga a attiré l’attention des occidentaux, en partie grâce à la Société théosophique, qui a joué un rôle crucial en publiant d’importants textes indiens issus du yoga en anglais.

Portrait d’Annie Besant

source: Wikipedia

Annie Besant, une figure charismatique, féministe et socialiste, a dirigé la Société théosophique avec une vision claire sur l’évolution de l’humanité et l’unité de la vie. Pour les théosophes, l’éducation était au cœur de leur réflexion. Ils considéraient l’éducation comme un outil puissant pour l’étude des religions et un moyen de préparer le succès mondial de la théosophie.

Cependant, ils n’étaient pas simplement dans la réflexion théorique. Les théosophes, sous la direction d’Annie Besant, ont proposé des pratiques et des expérimentations éducatives concrètes. Les recherches éducatives de Montessori ont été une source d’inspiration, propageant des discours pacifistes et des pratiques éducatives nouvelles dans le monde entier.

En 1910, la vision d’un monde meilleur par l’éducation a pris une nouvelle dimension avec l’identification de Jiddu Krishnamurti comme « l’instructeur du monde ». La création de « l’ordre de l’étoile d’orient » et des « chevaliers de la chaine d’or » symbolisait l’engagement de la société théosophique envers une éducation nouvelle.

Maria Montessori a transcendé les frontières disciplinaires et géographiques pour devenir une figure emblématique de l’éducation. Son parcours, influencé par la Société théosophique et sa collaboration avec des penseurs éclairés, a laissé un héritage profond dans le monde de l’éducation. Aujourd’hui, l’impact de Maria Montessori résonne dans chaque salle de classe qui adopte ses principes, rappelant que l’éducation, lorsqu’elle est centrée sur le développement intégral de l’individu, peut être un catalyseur puissant pour le changement social et l’évolution humaine.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *